Imprimer
Catégorie parente: Articles
Affichages : 2734

 

Après pôle emploi, la caf est au bord de l’explosion. en première ligne de la pauvreté, ces organismes subissent aussi la politique anti-service public de l’etat. etat des lieux sur le mans, la réalité d’une ville industrielle en voie de précarisation que tout le monde veut dissimuler.

«  De nombreuses CAF sont totalement débordées par un afflux demandes sans précédent. Elles sont organismes vers lesquels les personnes précaires se tournent pour trouver une aide financière, Pour protester contre la dégradation des conditions de travail des agents, demander l'arrêt des suppressions de postes et des embauches en CDI, plusieurs syndicats (CGT, FO, CFE/CGC) ont lancé un appel à la grève national pour jeudi. Une mobilisation qu'ils espèrent soutenue, tant la situation est urgente. »

Les causes selon les syndicats :

-          non-remplacement d'un agent partant à la retraite sur deux, à l'origine de 1.200 suppressions de postes dans les CAF sur 2008-2012. Par ailleurs, la crise a mis les CAF en première ligne.

-          des nouvelles missions qui ont été confiées aux agents ces dernières années (RSA jeunes, gestion des impayés de loyer des bénéficiaires des aides au logement, trimestrialisation de l'allocation handicapés, le RSA Dom…).

-          une tension croissante aux accueils publics : le contexte économique sinistré fait que les relations avec les allocataires dégénèrent et les agents d'accueil en souffrent. Ils ne sont plus capables de bien faire leur travail ; L'absentéisme progressent cette année, pour les personnels de l'accueil à 15% contre 3% pour l'ensemble du personnel.

Le bilan du capitalisme de 2007 à 2011 : l’exemple du Mans est édifiant , chiffres à l’appuie(source INSEE)


31/12/2011 31/12/2007 Evolution Ecart sur la population
BENEFICIAIRES D'UNE AIDE AU LOGEMENT 22 532 20 177 11,67% 12,43%
POPULATION COUVERTE PAR UNE AIDE AU LOGEMENT 42 161 37 536 12,32% 13,08%
ALLOCATAIRES PERCEVANT LE RSA socle ou le RMI * 5 379 3 922 37,15% 38,07%
ALLOCATAIRES A BAS REVENU 12 141 11 663 4,10% 4,80%
   POPULATION COUVERTE 26 935 24 818 8,53% 9,26%
ménages fiscaux Le Mans 66 928 65 899 1,56% 2,25%
population fiscale (2007-2009) 136 336 137 256 -0,67% 0,00%

sources :http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/duicq/uu.asp?reg=52&;uu=72701 * : droits étendus par le RSA à des travailleurs pauvres.

Les données sont donc moins significatives

 

 

En 4 ans de crise profonde er de remèdes administrés par l’UMP, repris sur les mêmes bases par le PS, on voit que la pauvreté relative (pondérée par l’évolution globale de la population mancelle) augmente de manière très importante, même si n’avons pas encore les données fiscales 2011. +4,8 % de ménages pauvres., +38 % de bénéficiaires de minimas sociaux… La population mancelle est indéniablement en cours de paupérisation accélérée, sans que rien ni personne ne s’y oppose. Cette situation lamentable pèse sur la CAF locale, sur ses travailleurs qui doivent accueillir plus d’allocataires en étant moins nombreux, plus précaires et donc moins bien formés ou expérimentés. L’intensification du travail, forcé et sanctionné par des primes aux mérites récompensent uniquement l’abattage le plus massif, quitte à provoquer un risque psycho-social majeur pour le personnel et à exprimer un mépris dramatique pour les 5000 et quelques ménages de la ville qui dépendent à 100 % des prestations sociales pour survivre en 2011.

Preuve de plus que la marche en avant capitaliste écrase toujours plus les plus faibles, la situation des CAF répond au désarroi et à la misère croissante de plus de plus d'habitants de tout le pays.  L'augmentation du chômage et le chantage en cours sur les ouvriers pour qu'ils acceptent de baisser leurs rémunérations va créer des tensions de plus en plus fortes.

Faute de révolution sociale, il nous faudra nécessairement démanteler peu à peu  le patronat, s’accaparer leurs capitaux, imposer la mainmise salariale dans les décisions des entreprises, empêcher le vol manifeste sur les salaires, sur les prestations sociales, défendre la gratuité des services publics... La voie parlementaire et électorale ne donne rien, c’est une impasse, une nasse qui enterre nos espoirs. Même plein de bonnes volontés, les élus représentatifs du peuple sont impuissants et invisibles pour changer le cours des choses. Le vote n’est donc qu’une option secondaire. L’organisation de la lutte par le bas et pour le bas de la société hiérarchique contre le haut bourgeois, patrons ou élus complices est la solution la plus efficace !